Notre carte blanche 2020

“Accompagner les jeunes pour comprendre les enjeux du monde connecté”

Publiée dans Le Soir – 16/12/2020

La crise sanitaire et les confinements plongent notre société dans des difficultés économiques, psychologiques et sociales. Les jeunes ne sont pas épargnés. Toutes et tous ont été amené·e·s à multiplier leurs usages numériques ces derniers mois, pour suivre leurs cours à distance, entretenir leurs liens sociaux, se distraire et s’exprimer.

Des réalités multiples avec une constante : une consommation numérique qui explose. Ce constat est-il préoccupant ? Notre Organisation de Jeunesse, Action Médias Jeunes, fait le bilan et montre l’urgente nécessité d’investir encore plus le terrain de l’éducation aux médias.

Si les usages médiatiques de toute la population se sont diversifiés ces derniers mois, les jeunes ont sans doute été les plus prompt·e·s à réinventer leur quotidien dans ce domaine. Enfermé·e·s entre quatre murs, en soif d’échanges pour se construire et s’émanciper, ils·elles ont très vite exploré de nouvelles pistes.

Au-delà des pratiques sociales très importantes, la multiplication des activités médiatiques a donné lieu à de nouveaux apprentissages, développé l’imagination et suscité des envies créatives. Ces nouvelles pratiques ont pris forme sur des réseaux sociaux comme Tik Tok, Instagram, Snapchat ou même des applications de montage.

Comprendre les enjeux du monde connecté

Que font les jeunes sur ces écrans ? Quels sont leurs découvertes et leurs apprentissages ? Il est important d’en discuter avec eux·elles et de leur accorder du crédit afin de comprendre leurs réalités et leurs besoins.

Un accompagnement est en effet nécessaire pour comprendre les enjeux du monde connecté dans lequel nous vivons et c’est précisément ici que notre travail commence.

Par exemple, développer l’esprit critique face aux fake news et aux théories complotistes est plus que jamais d’actualité. Il est également essentiel de comprendre le modèle économique des médias, les représentations genrées véhiculées, la récolte des données personnelles et l’influence des algorithmes. Les autres chantiers sont nombreux : développer la bienveillance et la prise de recul nécessaire pour empêcher le cyberharcèlement de se perpétuer, s’initier à la démarche journalistique, déconstruire la propagande sur les réseaux sociaux ou encore utiliser les médias pour exprimer ses opinions et sa créativité.

Déconstruire, se réapproprier les médias

L’éducation aux médias permet de fournir à chacun·e les clés pour comprendre, évaluer et créer des contenus médiatiques. Il s’agit d’explorer les multiples possibilités qu’offrent les technologies, d’apprendre à les détourner, à les questionner afin d’en favoriser une réappropriation éthique et citoyenne. L’éducation aux médias est un véritable enjeu sociétal. Pédagogique, ludique, militante, créative, elle est là pour développer l’esprit critique en se réappropriant les médias de manière responsable, autonome et solidaire.

Cet accompagnement pédagogique, notre organisation de jeunesse le propose chaque jour sur le terrain, au contact des jeunes. Les besoins et les demandes sont énormes et ce processus passionnant doit pouvoir s’ancrer dans la durée. C’est pour cette raison qu’Action Médias Jeunes forme également des parents, éducateur·rice·s, animateur·ice·s et enseignant·e·s. Ces adultes constituent, en effet, les relais principaux et privilégiés de cette dynamique éducative.

Une priorité pour les jeunes

Grâce à notre expertise de terrain, notre organisation de jeunesse répond à un nombre croissant de demandes extérieures : maisons de jeunes, services d’aide aux jeunes en milieu ouvert, structures de jeunesse, écoles… Si le consensus sur l’importance de l’éducation aux médias existe, les moyens, eux, manquent. Comment concrètement répondre à cette urgence ?

Il nous semble impératif de renforcer les actions sur le terrain de la culture et de la jeunesse en débloquant des budgets et en multipliant les projets structurels.

Construire des ponts

Soutenir un accès égalitaire à l’éducation aux médias est une priorité pour contrer la fracture numérique qui se creuse sur le terrain des équipements et des usages. Tous les jeunes devraient pouvoir en bénéficier.
Tout cela ne pourra être possible qu’en construisant des ponts entre éducation formelle et non formelle. Les usages médiatiques des jeunes s’entrecroisent sur les différents terrains de l’école, des loisirs et des activités sociales et ce travail doit donc rester collectif et solidaire.

Cette explosion des usages numériques des jeunes est bien présente et doit préoccuper. Être connecté·e est une chose, avoir les compétences nécessaires pour une utilisation responsable et créative en est une autre. Ces compétences sont effectivement essentielles, particulièrement dans le contexte actuel. Il est donc primordial de poursuivre réellement ces missions afin que les jeunes, dès leur plus jeune âge, puissent devenir des CRACS, c’est-à-dire des Citoyen.ne.s Responsables Actif.ve.s Critiques et Solidaires.